l'homme qui voulait enculer un lion
l'homme qui voulait enculer un lion

Où l'on cite La Fontaine, Cioran et Bernard Tapie dans le même texte, mine de rien, en ayant l'air de ne pas y toucher...

(avertissement : hier en triant mes papiers je retrouve une coupure de presse un peu datée qui m'a inspiré cet article, entièrement spéculatif. Néanmoins, je tiens à signaler que le fait-divers est authentique)
Toute ressemblance avec des situations ayant ou ayant pu exister ne serait qu'une triste coïncidence
Lu dans "La Provence" :

"Ce matin, en faisant sa tournée habituelle, le gardien du Parc Zoologique a découvert, dans l'enclos des lions, un cadavre à demi dévoré. La cage était fermée".

Horrible nouvelle l'autre jour à la radio. Ce fut d'ailleurs repris dans les journaux ; un gars, un chômeur, s'était fait bouffer par des lions dans un zoo. Personne ne savait comme cela c'était produit. Le gardien du matin avait bien constaté des signes d'effractions mais rien n'avait disparu, alors... Alors il a commencé son boulot comme d'habitude, donner à boire aux chameaux, changer la paille des cages, charrier les granules pour les rongeurs... est-ce que je sais, moi, ce qu'on fait dans un zoo ! En tout cas, en arrivant devant la cage aux lions il voit qu'ils avaient déjà mangé, mais ils n'avaient pas fini leur dîner ; il restait encore un bras, un pied, un tronc et la moitié de la tête d'un type qui était arrivé là Dieu sait comme. On a pu l'identifier grâce à ses papiers, dans les lambeaux de sa parka, un chômeur qui habitait pas trop loin, à la cité.

Toute la journée j'y pensai sans arrêt. Unanimement, les journaux disaient tous la même chose, c'est à dire qu'il ne savaient rien : Le type était rentré par effraction pendant la nuit, s'était glissé dans la cage aux lions, et s'était fait bouffer tout cru. Célibataire et chômeur longue durée, inconnu des services de police, il venait de la banlieue proche...

J'étais moi aussi chômeuse, à l'époque, du moins pas trop occupée, et j'avais tout loisir pour penser. Pendant des jours j'achetai le journal espérant savoir comment, pourquoi, un soir d'été, on peut finir croqué dans la fosse aux lions. Au bout de quelques jours, les radios se sont tues, et les journaux n'en ont jamais reparlé. Mais moi j'avais quand même mon idée...

Un Chômedu qui en a marre d'être au chômage

Imaginons que le frangin soit un chômedu qui en ai marre d'être chômedu. Il se dit qu'il va faire une action d'éclat (à cette époque, on avait bien Bernard Tapie qui faisait de la retape à la télé pour nous montrer comment capter du taff en ayant des idées... Y'avait ce type, une fois, il était chômeur et il avait envoyé son Curriculum vitae emballé dans un choux ; le patron à qui il avait fait le colissimo était tellement ravi qu'il l'avait embauché sur le champ, sans même retirer les bouts de feuilles de choux - remarque, ce devait être un drôle de cas ce patron, lui aussi, parce que si jamais je recevais un choux par courrier, personnellement, je n'irais pas regarder s'il y a un CV à l'intérieur... Mais c'est peut-être pour ça qu'on dit qu'il y a une différence de mentalité entre les chômeurs et les patrons.).. Bref, à longueur de programme, de magazine et émission de télé, on nous vantait et rabâchait les vertus de "l'IMAGINATION dans votre recherche d'emploi".

Bref, revenons à nos moutons, ou plutôt à nos lions, et à nos chômeurs, et disons que le nôtre, de polemployé, encouragé par tous ces bons exemples vus à la télé, il décide de devenir entreprenant lui aussi, et qu'il se dise :

- Mettons que je grimpe la nuit dans une cage du zoo en loucedé et que, le matin, dès que les gens viennent, je me mette à crier en secouant les barreaux "NON, JE NE SUIS PAS UN ANIMAL ! J'AI LE DROIT DE TRAVAILLER ! DONNEZ MOI DU TRAVAIL OU JE RESTE ENFERME DANS LA CAGE !!! SANS TRAVAIL, JE NE SUIS RIEN ! DONNEZ MOI DU TRAVAIL ET RENDEZ MOI MA DIGNITE !".

Le type pense ça, et se dit que ce sera cool, que ça va au moins lui attirer la télé, y'aura peut-être même bien un patron, impressionné par tant de détermination, qui lui trouvera quelque chose à faire, peut-être qu'il pourrait même rencontrer Bernard Tapie et passer sur La Une, lui aussi, ou bien dans Tournez Manège (je sais bien que ce n'est pas tout à fait la même chose, mais je vois bien BT en train de faire coucou à la caméra sur un carrosse doré ; quel succès il aurait ! Evelyne en perdrait son dentier ! Les grands mères auraient des orgasmes ! Mieux que Drucker ! Sacré Bernard... ou alors en Patrick Sabatier : " Ça va Tapie ? Ça va fort, avec Tapie Saint Yorre !!!" Je suis sûre que l'action décollerait en bourse, le Gouvernement se frotterait les mains, encore un succès de la gestion socialiste ! Mais il faut que je ferme cette parenthèse, ça y est, elle est fermée).

Donc, notre chômeur, il a été impressionné par tout ça : Tapie, l'OM, le CV dans un choux, et trouver une copine en tournant sur un manège à la télé....

C'est décidé, il est prêt, il veut, lui aussi, faire un coup d'éclat, et se réinsérer dans la société. Sitôt le film du soir terminé à la télé, il met sa parka et part au zoo. Il va pour rentrer dans la cage - il s'est bien sapé faut penser aux journalistes du lendemain - il a mis un peigne dans la poche intérieure, il a tout calculé, il a déjà dix-sept CV dans la poche du jean prêts à être distribués à tout patron qui viendrait faire un tour au zoo ce matin là, il a tout pensé, tout planifié, et crac, la nuit, le trac, il se trompe d'enclos, et au lieu d'arriver chez les paons, il arrive chez les lions (il faut dire qu'il faisait noir, il aura mal lu ce qui était écrit sur la grille, peut-être était il ému, pauvre chose, demain allait être le début d'une nouvelle vie pour lui).... Et au lieu des reportages et de l'emploi escomptés il se fait courser d'un bout à l'autre de la cage et il chie dans son beau falzar encore assez neuf, et il essaie de grimper aux barreaux et il chiale et il s'accroche, et hop, un pied en moins... Et hop, il retombe, il se relève... Et hop, deuxième pied, il se traîne, il est traîné : plus de bras, plus de tête, plus de vie, plus de Tapie, plus de rien, adieu veaux vaches cochons poulets, version moderne de Pierrette et de son pot au lait, le chômeur et son CV, circulez y'a rien à voir, ça passera même pas à la télé ce soir, y'a pas à dire, on vit une époque formidable...

(Remarquez que là, j'ai extrapolé... Ce n'est peut-être pas ça du tout. Ça, c'est ce que j'ai pensé sur le coup, en lisant le journal et que, encore novice dans l'art du chômage, j'en ressentais de la honte, et que je ne m'y habituais pas.)...

Et si on tâtait d'une autre forme morale ?

Maintenant, au jour d'aujourd'hui, en y repensant, je me dis : "Peut-être que ce type, il pensait trop". Trop penser est souvent nocif dans une carrière de chômeur... Peut-être que ce gars, il en avait tellement marre d'être au chômage que ça lui était monté à la cervelle... C'est dur de passer sa vie à rien faire, même avec la télé... A force de gamberger, on fini par croire qu'on pourrait tout faire ! Peut-être que ce Joe, il pensait trop, voilà tout... Imaginons la chose : il sait, lui, qu'au fond, il n'est pas complètement nul. Peut-être même que c'est un mec bien, un qui a fait des études, et qui surveille toutes les annonces... De toutes façons, avec ou sans études, au out d'un certain temps de chômage, t'es plus rien, enfin si, t'es quelque chose, t'es chômeur... Alors imagine ce type tout seul dans sa cité. Au début, il a des idées encore assez raisonnables, il pense "Je vais retrouver du travail et cet été, j'irai en vacances en Espagne". C'est cool, ça, comme idée, raisonnable et tout et tout, et puis l'Espagne, c'est pas cher et il fait toujours beau et y'a des boîtes avec des filles partout... Seulement il y a un hic : le type est chômeur, et il trouve pas de travail... Adieu les vacances en Espagne.

Maintenant, ça fait un an qu'il est chômeur. Il a fait tous les stages, des techniques de recherche d'emploi, des machins, des trucs, et tout le monde lui dit que non, il est pas con. Il le croit, il est obligé d'y croire, après un an de chômage si en plus tu crois que t'es con, t'as plus qu'à te pendre.... Donc, il croit en lui, il croit en son potentiel, il est sûr que quelque chose va bientôt se passer.

Bref, au bout d'un an, ce mec se dit "Je vais trouver du boulot et ensuite je partirai deux mois au Maroc" (ou aux Antilles, ou même au Sénégal - elles sont jolies les sénégalaises)... En tout cas, il commence à voir grand... Seulement pour le Sénégal aussi il y a un hic : il a toujours PAS DE TRAVAIL ! Ni d'argent, par voie de conséquence...

Et voilà qu'au bout de deux ans, il est en fins de droits, après il pourra devenir érémiste, ou spécifique de solidarité, ou Initiative emploi, selon comment ça s'appelle... Mais de vacances en vue, point...

Alors il chope la haine et rêve qu'il va partir au Brésil ou en Guyane, là où il y a encore des indiens - et des indiennes (qui se coupent les seins pour mieux tirer à l'arc mais succombent à son charme). Mais moins t'as de boulot, moins t'en auras, du boulot, ou des indiennes, et moins tu en as, de chances de partir...

Alors le cheum il commence à être bizarre : il rate des entretiens pour le travail, il passe sa journée à regarder la téloche, ça occupe, on le traite de fainéant, oui d'accord il fait rien, soit, mais n'empêche que lui il sait ce qu'il vaut, et de toutes façons il les emmerde, les cons. Il commence à avoir trop la haine et à gueuler sur les mômes sur le palier, et puis un jour il se réveille et il a une idée géniale, une idée qui le fait ricaner tout seul dans sa piaule dans sa cité : il va enculer un lion...

Oh, au début, ce n'est qu'une petite idée comme ça qui lui passe par la tête. Ça le fait marrer tout seul pendant qu'il fait la queue aux Assedics, et personne ne sait pourquoi il rigole.... Chaque fois qu'il a le cafard - et c'est souvent quand tu cherches du taff - il pense à la tête que ferait le lion, ce sacré roi des animaux, et il est plié en quatre... Sodomisé, le lion, à quatre pattes, piloné à couilles rabattues.... et il est mort de rire... Foncedé par le fun... Il a oublié qu'il voulait partir en Espagne, il pense plus au Sénégal, ni au Brésil, ni aux belles amazones aux seins nus... Ça fait presque trois ans qu'il est chômedu et il a tout fait : orientation, reclassement professionnel, truc de qualif, esclave gratuit (euh pardon, stage de requalification), et patin, et couffin... Il est de plus en plus loin des vacances et il a de plus en plus la rage, il trouve que les voisins le regardent bizarre, et il a toujours pas de boulot...

Acmée

Alors un soir qu'il a bu un verre de trop, coincé devant sa télé à regarder La Six et les nichons qui fleurissent la nuit le petit écran des gens pauvres, un soir à l'heure où les honnêtes citoyens dorment déjà, un soir comme tant d'autres où il a bu tout un pack de Bière de la Meuse acheté à l'épicerie d'en bas et qu'il n'y a plus rien à boire, qu'il n'y a même personne dans son pieu, et qu'il en a marre de se taper l'édredon et de s'astiquer chaque nuit devant la téloche, il se dit et puis merde, ça y est c'est déjà la fin du film et la journée va encore recommencer, et il a la haine, il a de plus en plus la haine, il a la haine gigasuper, et c'est pas le fond de rouge pécho au fond du frigo qui arrange les choses, il supporte plus la télé, il supporte plus son appart, il supporte plus les voisins et il supporte plus d'être seul, la recherche d'annonces il supporte plus, il supporte plus RIEN, alors il va au zoo, il va pour se choper un lion...

Epilogue

Et puis ça n'a pas marché... Parce que les lions... Les lions c'est pas des amazones, dirons-nous... Et le lendemain on l'a trouvé, le chômeur, enfin, on en a trouvé des bouts... L'affaire a fait les radios et huit lignes dans les journaux, en page intérieure. Et les journaux disaient "Tragique accident au zoo après qu'un individu se soit introduit dans la cage aux lions pour une raison inconnue"...

A l'enterrement, aucun patron n'est venu. Les voisins non plus.

FIN
PS si vous êtes bien sage la prochaine fois je vous raconterai celle du handicapé qui s'est suicidé sous un train à Lourdes...

Commentaires bienvenus.

#chômage #desespoir #lion #PoleEmploi #enculer #Tapie #Self-Esteem

Tag(s) : #écriture

Partager cet article