J'en peux plus, j'ai envoyé mon roman à deux corresteurs (qui sont aussi écrivains) et voilà 48 heures qu'ils ne me disent rien depuis deux jours...
Je suis complètement énervée par ce problème, par ex, ce matin, je me réveille ne me disant "oui, tu dois avoir des messages dans ton mail" et puis après je passe deux heures avant de consulter le bo$ite aux lettres, tout ça parce que j'ai la trouille que les lecteurs que j'ai choisi n'aiment pas mon roman...
Je l'ai même donné à mon compagnon, R., qui l'a emmneé en Allemagne avec lui pour avoir le temps de le lire. "Au moins - me disait-t-il avant de partir - je saurais à quoi tu as pensé lorsque tu étais à l'ordinateur". Maheureusement, je l'ai eu ce matin  au téléphone, et il s'est endormi à la seconde page>.
Quand j'écris, je fais des petits ronds. Je ne peux pas m'en empêcher, je pense à un truc qui me "fait flipper" - comme dirait mon copain Michel - et je me lève de mon siège et je fais trois petits tours autour de la pièce et je me remets à écrire. C'est une manière de penser, pour moi, et aussi une manière de réfléchir. Quand je me rassieds, j'ai au moins deux ou trois phrases prêtes dans la tête, et même parfois un roman entier, mais bon, je suis courageuse, je me remets à écrire sur le sujet que je me suis imposée.
C'est ma fille, qui ne supportait absolument pas les périodes où j'étais "en création"... J'étais tranquille, en train d'écrire toute la journée plus faire mes trucs (à l'Oeil Sauvage) , et puis c'était l'heure de la rentrée de l'école alors, comme une zombie, je me rapprochais de la gazinière pour préparer quelque chose à manger, et toc, ça ne manquait jamais, j'étais là tranquille en train de penser à mon intrigue et à mes personnages tout en préparant le repas, et ma fille arrivait en me parlant de quelque chose (généralement "des stars"), et je n'écoutais qu'à moitié et elle finissait par me lancer d'un ton accusateur : "oui, mais comme d'hab, tu ne m'écoutes pas" .
Et en plus, c'était vrai
Berf, j'ai passé des années terribles à élever ma fille, amintenant que c'est fini, j'essaye d'élever des lecteurs mais c'est encore plus difficile...

Tag(s) : #écriture

Partager cet article