Voilà que je me remets un peu à écrire pour moi. Surtout des textes poétiques.
Et dans le cadre de mes activités associatives je vais organiser un petit philocafé un dimanche dans le petit bayonne.
Le premier thème (qui m'a été fermement suggéré ) : VIVRE ENSEMBLE

Cela se passera dans l'après midi du dimanche 17 mai (date retenue officieusement).

J'en parlais (ou plutôt, j'en chattais) avec mon excellent ami Richard III qui me dit :
- "plutôt que de faire de la philosophie le dimanche dans des salles municipales, je serais toi, j'utiliserai mon énergie pour faire un spectacle de ta propre poésie" (paske de temps en temps j'y envoie des textes que je mets pas directement sur le blog).
- "Ah, j'y dis, mais il faudrait que je retrouve mes textes ou que j'en écrive d'autre parce que je suis terrible (vrai) pour perdre les textes".
Il me dit : "t'as qu'à en récrire".
C'est vrai que si on regarde bien jusqu'au 17 mai j'ai le temps de pondre deux trois chansons mais il faudrait les mettre en musique...
- j'y dis, sur quoi j'écris, j'ai pas d'idées.
ym répond : t'as qu'à choisir "vivre ensemble" puisque c'est le sujet de ta première réunion.
Donc voici mon premier poème (chanson ? ) sur le thème de vivre ensemble. C'a s'appelle "vivre ensemble" et c'est sur le thème du vivre ensemble façon amoureuse, ou façon petit bayonne avec ses centaines de mères célibataires, facile à retenir.



VIVRE ENSEMBLE


Un jour il te l'a dit, un jour il te l'a dit qu'il voulait vivre ensemble, il te l'a dit il te l'a répété il te l'a baiser dans le cou, il te l'a encore redit qu'il t'aime tellement tellement qu'il en tremble et puis qu'il n'en dort plus la nuit, qu'il pense à toi du soir au matin, un jour il te l'a susurré : viens on va vivre ensemble, dévérouille ton coeur, c'est la fin de toutes les douleurs, viens, on va vivre ensemble, à deux, on est mieux armé.

Alors tu l'as suivi t'as pas cherché à jouer les vamp tu voyais ton avenir comme un doux ciel de cendre, t'as saisi l'aventure par les crins comme on saisit une amble et t'as sauté dans l'inconnu et l'inconnu c'était ici, dans un immeuble sombre et gris et il fallait supporter le bruit et toutes les tracasseries et puis le fade quotidien, c'est qui qui va chercher le pain, putain c'était pas tous les jours dimanche, vivre ensemble.

Et puis la vie, et puis l'anpe, problèmes de fric, palabres aux assédics, toujours dans la même ville mais des embrouilles débiles, pas d'boulot trop de bistrots, trop de tripe, et trop de boyaux, c'était pas tous les jours dimanche, vivre ensemble, et puis la vie, et puis le fric et puis les assédics, ça commençait à virer galère, la nouvelle ère.

Un beau jour il est parti, il t'as dit je veux changer de vie, j'ai rencontré quelqu'un d'autre, je savais pas comment te le dire tu sais pour moi c'est pas bien drôle et toi tu es restée là, finalement y a les commerces à deux pas, alors tu es restée là, un brin de haine mais pas trop quand même, alors tu es restée là t'essayes de pas baisser les bras.

Vivre ensemble, une vie tendre, vivre ensemble.

Tag(s) : #écriture

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :