Les fêtes de Bayonne doivent battre leur plein, et cette année, faute de travail je suis partie d'en ville et je réside actuellement chez un ami à la campagne. Dans un village, plutôt, mais enfin il y a une cour avec des fleurs et un chien à promener le long de la rivière, par rapport à la foule humaine qui doit débarquer en ce moment à Bayonne, c'est rafraîchissant. Ce matin, éloigné d'une centaie de kilomètres je pensais aux braillements des derniers festayres, au passage de la nettoyeuse dans les rues au petit matin, suivie par la ronde joyeuse des gaiteros... Mais non, seul un oiseau me saluait, penché sur l'auvent du volet.
Ne me posez pas de questions, je ne suis au courant de rien de ce qui se passe à Bayonne, et c'en est presque soulageant... Enfin des vacances.
. Hier je voulais appeler une amie pour qu'elle me fasse quelques photos de l'ouverture des fêtes mais le téléphone ne répondait pas. Il doit y avoir trop de bruit. . Ici je n'ai pas le journal et mon ami n'écoute que france culture et parle dès qu'il y a des informations. Je me rabats sur Internet et suis en train de dévorer de bout en bout le site "impots utiles"
http://www.impots-utiles.com/   qui livre aujourd'hui un bien curieux article. Comme il est court je n'hésite pas à le citer en entier, mais allez voir ce site, c'est une mine.

Allocation, piège à cons

Pendant des années, Béatrice a bossé comme secrétaire à mi-temps: 22 heures par semaine, payées 645 euros par mois. La jeune femme, qui souffre de déficience visuelle, touchait une "allocation adulte handicapé" de 388 euros. A la fin de 2007, Béatrice pense gagner plus de sous en signant un "contrat d'avenir", ces contrats aidés, lancés par Borloo avant l'élection présidentielle pour réduire les chiffres du chômage.

borloo_allocations_handicapes_chomageEmployée dans un établissement scolaire, Béatrice travaille désormais 26 heures par semaine, pour 783 euros. Sauf qu'on lui a, du même coup, sucré la totalité de son allocation! En turbinant 4 heures de plus par semaine, elle croyait gagner 138 euros de plus. Erreur: elle en touche 250 de moins par mois. Bonjour l'arnaque !
Personne n'avait averti Béatrice de ce léger "détail", prévu par une loi de mars 2006: un handicapé qui signe un "contrat d'avenir" voit son alloc' réduite du montant de l'aide versée par l'Etat à l'employeur. En clair, ces biftons, c'est pour le patron!
Dire que Sarkozy a promis, le 10 juin dernier, de transformer l'aide aux handicapés en "tremplin vers l'emploi".

Lire la suite

Et pourquoi ai-je intitulé mon article "en avoir ou pas" c'est parce que je pensais à la nostalghie, à la nostalgie des fêtes de bayonne et leur concentration de rouge et de blanc.

Tag(s) : #communiqués

Partager cet article