"EPR = DANGER" peint sur la tour Est de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire par des militants de Greenpeace.

"EPR = DANGER" peint sur la tour Est de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire par des militants de Greenpeace.

Agrandir

FranceParis, le 24 juillet - Quinze jours après la fuite radioactive de la filiale d'Areva, Socatri, au Tricastin, suivie de celle d'une autre filiale, FBFC, à Romans-sur-Isère, c'est au tour des installations d'EDF de démontrer les incuries de l'industrie nucléaire française. 15 personnes ont été contaminées le 18 juillet à la centrale de Saint-Alban, et hier c'est la contamination massive de 100 travailleurs à la centrale EDF de Tricastin qui a eu lieu.

Considérés comme « anomalie » ou simple « écart », tous ces incidents mettent à jour la dangerosité d'une technologie mal maîtrisée. Devant un tel constat, Greenpeace demande la tenue d'un vaste débat sur le nucléaire, mais aussi la suspension du programme EPR.

Pour l'association écologiste, cette série d'incidents met en lumière l'étendu du problème que pose l'industrie nucléaire : installations vieillissantes, procédés mal maîtrisés, sous-traitance en cascade, contaminations des travailleurs, pollutions anciennes et durables de l'environnement… Le tout sans que le système de contrôle ne soit en mesure de prévenir ces incidents, mais tout juste capable de faire un constat avec parfois des années de retard !

« Ces incidents démontrent qu'au delà des incantations, le nucléaire qu'on nous présente comme une énergie propre et sûre reste une énergie polluante, dangereuse et mal maîtrisée ! » déclare Frédéric Marillier, chargé de campagne nucléaire et énergie à Greenpeace France. « Il ne faut pas croire que l'on a affaire à une série noire ces 15 derniers jours car le nucléaire en France c'est plus de 900 incidents de ce type par an ainsi que des pollutions régulières et anciennes autours des installations. »

Greenpeace demande la suspension du programme EPR car il est inconcevable de relancer le nucléaire alors que l'on se rend compte aujourd'hui qu'on ne maîtrise pas cette technologie et qu'on redécouvre qu'elle pollue. D'autant plus que le nucléaire n'est pas indispensable et que la priorité doit être enfin et réellement donnée aux alternatives comme les économies d'énergies et les renouvelables.

L'association demande aussi la tenue d'un vaste débat national sur le nucléaire en France qui permette aux citoyens non seulement d'appréhender clairement les dangers potentiels du nucléaire mais aussi de faire un bilan structuré sur son intérêt ou non face à l'urgence climatique.
Tag(s) : #écologie

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :