Donc hier, j'étais tranquille j'allais boire mon petit café du matin, lire le journal, tout ce que j'aime, quoi.  Je vais pour retirer de l'argent, dans la rue des Cordelliers et là, surprise : des CRS de partout, des mecs cagoulés, la police, tout, impossible de passer dans la rue, je suis obligée de faire le tour.

En fait (je l'ai appris plus tard dans la journée, il y avait une perquisition du siège de Batasuna en présence de ses porte paroles, Xabi Larralde et Jean Claude Aguerre.

La juge antiterroriste Laurence Le Vert supervisait les opérations en personne.

Le but de l'arrestation : selon Sud Ouest et Le journal du Pays Basque il y avait deux cas de figure : l'enquète sur les attentats contre le restaurant de Ducasse (un attentat minable à la bonbonne qui à mon avis ne méritait pas tout ce tralala) et une enquète sur le "financement du mouvement indépendantiste".

Les personnes arrêtées sont : outre Larralde (ancien conseiller municipal d'opposition) : Giuliano Cavaterra y Frederic Carrikart; à Aihyere  Patricia Martinon; à Saint Pée, Haritza Galarraga; à Lekuine, Maider Duhalde y Jean François Lefort; et à Urrugne Jokin Etxebarria. En Basse Navarre étaient détenus Aurore Martin, à Anhauze; Antton Etxeberri, à Bunus; Jon Irazola, de Lekorne; et Jean-Claude Agerre, à Jutxu. En fin d'après midi la liste se rallongea avec deux nouvelles arrestations, celle de Eñaut Elosegi, compagnon de  Martinon, et celui de Gwenaëlle Morvan, compagne de Larralde.

Il y avait beaucoup de monde qui suivait ces arrestations, surtout des journalistes et une petite foule de curieux et de militants basques qui se sont réunis plus tard pour une petite manifestation.

Ce matin, personne n'avait été libéré. Rappelons que le mouvement politique Batasuna est interdit en Espagne mais pas en France.

Tag(s) : #démocratie

Partager cet article