Darcos repousse la réforme de la seconde Créé le 14/12/08

- Dernière mise à jour le 15/12/08 à 13h00 Confronté à un regain de contestation lycéenne, Xavier Darcos a annoncé lundi le report sine die de la réforme de la seconde afin de se "laisser plus de temps".
Le ministre de l'Education devait présenter mardi la réforme prévue à la rentrée 2009, projet dont il avait livré les grandes lignes dans une interview parue dans Le Journal du Dimanche. Il fait marche arrière lundi, jugeant que "les conditions d'un dialogue serein ne sont pas réunies", et annonce la poursuite de la concertation. Sur Europe 1, Xavier Darcos a affirmé lundi que cette décision était la sienne, prise après avoir consulté le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy. "C'est une décision que j'ai prise moi-même, que j'ai mûrement concertée pendant le week-end, mais évidemment j'ai consulté plusieurs fois le président de la République lui-même avec qui j'ai eu plusieurs entretiens pour qu'il me donne son accord", a expliqué le ministre sur notre antenne. "Nous avons trouvé qu'il était convenable de faire ainsi, tout simplement parce qu'objectivement le climat ne se prête pas à avancer sereinement sur une réforme qui est pourtant tout à fait nécessaire". Le projet de réforme prévoyait de découper l'année scolaire de seconde, la classe où se fait l'orientation en vue du baccalauréat, en deux semestres au lieu de trois trimestres pour les résultats. Il était prévu d'introduire un enseignement obligatoire des sciences économiques d'une heure trente et trois heures d'accompagnement personnalisé ainsi que six heures de matières "à la carte", pour au total une semaine de 31h30 (actuellement la semaine est de 28 à 35h).
La concertation va reprendre avec les représentants des enseignants, des lycéens et des parents d'élèves, précise le ministère. Elle concernera désormais toutes les classes du lycée et abordera "sans tabou tous les sujets", précise le ministère. L'Union nationale lycéenne (UNL) salue le report de la réforme tout en appelant à poursuivre la mobilisation. "Les lycéens ont obtenu une avancée. Le ministre recule sur la mise en application de sa réforme",explique la présidente de l'UNL, Lucie Bousser. "Malgré cela, on n'a pas de garanties sur la prise en compte des revendications lycéennes sur le reste de cette réforme du lycée et donc il faut que les lycéens continuent à se mobiliser."
L'ancien ministre socialiste de l'Education Jack Lang avait dénoncé lundi matin sur Canal+ les méthodes de "Terminator" et d'"incendiaire" de Xavier Darcos. "Si le gouvernement laisse le ministre continuer cette opération de 'Terminator' à l'égard de l'école, détruire mois après mois des postes, des programmes, alors oui ça pètera", avait-il estimé.
Tag(s) : #démocratie

Partager cet article