Lors de cette période troublée qui précéda mon déménagement, je travaillai pour un investisseur boursier - trader- qui tirait une partie de ses ressources de ses activités. Je ne tardai à m'intéresser sérieusement à la chose et, une fois que j'eu déménagé je m'abonnai à quelques revues et lettres d'information boursière pour poursuivre mon exploration de ce nouveau monde. Mes favoris sont les publications Agora qui éditent - entre autre - le magazine Money week. Voici un extrait de leur dernier bulletin d'information électronique, avec l'analyse de spécialistes bancaires (donc pas franchement à gauche) sur les défauts du FMI. Cette analyse n'est pas pour diffusion publique mais uniquement réservée aux abonnés. Je vous la livre sans commentaire. Pourquoi le FMI est nul et ignore la prochaine crise par Simone Wapler Vendredi 04 Mars 2011 ▪ Quand tout le monde pense la même chose, personne ne pense Le FMI n'a pas vu venir la crise du crédit subprime. Pourquoi de grands cerveaux au service d'une organisation dotée de grands moyens n'ont-ils pas tiré la sonnette d'alarme à temps ? Pas plus tard qu'en juillet 2007, les services du FMI estimaient que "l'expansion mondiale reste[rait] forte" et revoyaient à la hausse les perspectives de croissance tout en attirant l'attention sur les vulnérabilités croissantes de certains marchés émergents. Les turbulences du marché financier du début 2007 ont été vues comme "ne justifiant pas une révision fondamentale des perspectives mondiales" (mars 2007). Pourquoi ? La réponse est contenue dans un rapport de 67 pages qui autopsie cet échec. Comme j'ai lu ces 67 pages, je ne vais pas tout de suite vous donner la réponse. Il n'y a aucune raison, cher lecteur, pour que vous accédiez à la Vérité sans Peine. C'est très malsain. Sachez donc que ce rapport a été rédigé par le Bureau indépendant d'évaluation du Fonds monétaire international, BIE pour les intimes. C'est un peu ce que sont les "boeufs-carottes" à la police nationale, la Cour des comptes au gouvernement français. Son titre est : Evaluation de l'action du FMI au cours de la période qui a précédé la crise financière et économique mondiale – La surveillance du FMI en 2004-07. Toutes les réponses se trouvent concentrées dans la partie IV du rapport : "Comment expliquer l'absence d'un avertissement clair du FMI". ▪ Le FMI est nul car il pratique la pensée unique En fait, le rapport ne le dit pas exactement comme je le dis. Il parle de faiblesses analytiques. "Ces faiblesses sont globalement de deux types : pensée doctrinaire et autres postulats intellectuels ; méthodes d'analyse/connaissances incomplètes". Une "pensée doctrinaire... dominante au sein des services du FMI... était que la discipline et l'autorégulation du marché suffiraient à écarter tout problème majeur des institutions financières". Alors là, cher lecteur, du fond de ma tanière tapissée des coupures de presse annonçant la faillite prochaine des pays riches de dettes, je suffoque d'indignation. Supposons. Vous êtes employé d'une honorable et digne OSG (organisation supra gouvernementale) de surveillance financière (rien à voir avec le FMI). Les études et mémoires internes s'amoncèlent sur votre bureau pour conclure qu'il n'y a rien à surveiller vu que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Vous croyez à ces épais rapports. Ils vous ont hypnotisé et vous avez parfois eu la paupière lourde en les lisant. Vous ignorez tout des bulles qui se sont succédé durant l'histoire financière. Bulles dont l'existence même prouve que l'efficience des marchés est une foutaise (bullshit, en bon américain). Jusque-là, rien de mal, il est permis d'être naïf, ignare et employé d'une OSG... Mais, si vous êtes vraiment honnête, vous demandez votre mutation à un endroit où vous pourriez être utile, travailler vraiment, non ? Vous gaspilleriez, vous, l'argent de l'Internationale des Contribuables sans remord aucun ? A moins que vous n'ayez l'idée de voir un peu si à l'extérieur on pense comme à l'intérieur. Mais ça, explique notre rapport, ce n'est pas possible à cause du "biais de confirmation, propension cognitive bien connue à ne tenir compte que des informations qui corroborent un postulat et à ignorer les données qui l'infirment". ▪ Le FMI est nul parce que c'est un grand machin autiste "Les services du FMI ont tendance à ne pas échanger les informations et à ne pas se concerter entre collègues au-delà de l'unité à laquelle ils appartiennent". Pas terrible, ça. Le FMI doit manquer de machines à café. "Les rapports ont rarement fait référence à des travaux d'analystes extérieurs signalant les risques croissants des marchés financiers". Pas génial non plus. Mais ça peut s'arranger, le FMI peut s'abonner à MoneyWeek en versions anglaise et française. On peut en mettre une pile au pied des machines à café. Le FMI est nul parce que le franc-parler y est puni "Les membres du personnel ont indiqué que les incitations conduisent à s'aligner sur l'opinion dominante au FMI... L'affirmation d'opinions dissidentes peut nuire à une carrière (...). L'expression d'opinions conformes n'est jamais pénalisée, même si elles se révèlent erronées par la suite". Eh oui, mieux vaut se tromper avec tout le monde que d'avoir raison tout seul. C'est plus confortable de jouer "the trend is your friend" que de vouloir être contrarien. ▪ Le FMI est nul parce qu'il y a des guerres de chefaillons "Les luttes de préséance, étroitement liées à la question du cloisonnement et du cadre incitatif, ont été signalées comme un obstacle majeur à la coopération et à la collaboration entre les services". Selon un cadre chevronné, "le FMI fonctionne comme un ensemble de petites chefferies/clans". ▪ Le FMI est nul car c'est un béni-oui-oui à la botte des grands pays "Il est impossible de faire usage de franc-parler face aux autorités" étant donné que "les gouvernements sont les actionnaires de l'entreprise". En clair, le FMI est soumis à des pressions politiques. Pas les Etats-Unis, non : les services et la direction du FMI ont indiqué ne pas recevoir de pressions directes en vue de modifier les messages issus des missions". Mais plutôt d'autres pays avancés pour lesquels "il est arrivé que des autorités adoptent des méthodes insistantes, exerçant des pressions explicites pour atténuer des messages critiques". Selon les termes d'un membre du personnel affecté à un grand pays, il était "difficile de faire un constat critique, même lorsque celui-ci était étayé par une analyse en bonne et due forme (...) les réunions de fin de mission se résumant essentiellement à des séances de négociation sur des questions de formulation". Le FMI semble donc mal parti pour nous alerter de la prochaine crise, celle de la dette souveraine et de la faillite de gros Etats. Il lui manque toujours les cadres capables de fournir "l'impulsion intellectuelle nécessaire pour effectuer du travail de haute qualité". Bien inquiétant tout ça... SW [Simone Wapler est analyste, journaliste et ingénieur de formation. Elle a déjà contribué à des publications telles que Le Point, Enjeux, Les Echos, Chart's... Spécialisée dans les valeurs industrielles, les matières premières, les énergies, l'or, les minières Simone Wapler est passionnée par les investissements "tangibles" et c'est ce qu'elle met chaque semaine au service des abonnés de L'Investisseur Or & Matières. Elle est rédactrice en chef du magazine MoneyWeek, et analyse chaque mois le secteur aurifère dans la lettre d'investissement Vos Finances.]
Tag(s) : #économie

Partager cet article