Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 12:08
Christian Goy a admis les faits de viol et d'agression sexuelle qui lui sont reprochés devant la cour d'assises de Gironde. Sans la robe, il a indéniablement perdu de sa prestance, de la considération spontanée inspirée par ses fonctions. Ancien avocat en Gironde, puis ancien magistrat, notamment à Bayonne, Christian Goy, 63 ans, comparaît depuis hier devant la cour d'assises de la Gironde. Pour viols et agressions sexuelles sur mineures par personne ayant autorité (lire notre édition d'hier). « Je ne suis pas fier » D'emblée, à l'ouverture du procès, il surprend - y compris ses avocats - par des aveux aussi tardifs qu'inattendus. Étudiés, répétés. Visage élimé, polo et veste tristes, il se lève, tapote le micro et affirme : « je ne suis pas fier. J'ai été fier d'être magistrat, je ne suis pas fier d'être ici, mais après tout je le mérite. Il y a une victime qui est là pour être reconnue comme victime, et elle le sera. C'est très difficile pour moi de me trouver à la plus mauvaise place. » Un raclement de gorge, un silence, une inspiration. Il enchaîne, ménageant ses effets. « Je suis là pour des vestiges de mon passé. Dans les années 1980, j'étais victime de troubles de la personnalité importants qui m'ont fait aller vers des gestes et actes que je regrette. » Il a tout perdu depuis sa mise en examen, en 2006. Maison, femme, travail. « Il ne me reste que ma conscience, je veux me mettre en règle avec. » L'accusé demande ensuite d'être « jugé comme tout citoyen, ni plus ni moins ». « Un raté gentil » Il en faut plus pour amadouer la volontairement cassante avocate générale Dominique Hoflack, mais la cour prend acte. Pour autant, l'affaire n'est pas entendue, et ces aveux ne le dispensent pas, comme pour tout citoyen, d'un examen approfondi de son parcours et de sa personnalité. « Mon père a raté sa vie. Mais c'était un raté gentil et doux », raconte-t-il. Et les jurés de découvrir un autodidacte issu d'un milieu modeste qui a débuté comme apprenti coiffeur avant de s'engager dans l'armée de l'air et de s'accrocher à des études de droit. Christian Goy brosse un portrait flatteur de lui-même. Il insiste sur son engagement politique au sein du Mouvement des radicaux de gauche (MRG), qui le conduira à la mairie de Lormont comme conseiller municipal, sur son implication dans le football comme entraîneur et bénévole. Depuis son box, Christian Goy dit et médit beaucoup. Sur ses anciens confrères, ses épouses. Il ne peut s'empêcher de juger les autres. De se mettre en valeur, en scène. Le tribun, habitué à prendre la parole en public, se réveille, faisant montre d'un savoir encyclopédique. Sourire et ton condescendants, un brin moralisateur, il entame un bras de fer avec l'avocate générale, qui ne s'en laisse pas conter. Il entraîne et perd son auditoire dans des digressions parfois saugrenues. Lentement mais sûrement, le président Michel Regaldo-Saint-Blancard l'amène à en venir aux faits. Dans ce dossier, cinq jeunes femmes ont été entendues et ont dénoncé des attouchements et contraintes de fellation commis par l'accusé entre 1978 et 1995, alors qu'elles avaient entre 6 et 14 ans. Des victimes recrutées dans son entourage professionnel, familial ou amical. Constamment, le président doit le ramener sur le chemin de la vérité. Christian Goy admet alors avoir commencé comme « frotteur », sans avoir conscience de mal faire. « J'avais même à l'époque le sentiment de faire du bien, je leur avais offert quelque chose. » Il parle des petits cadeaux donnés après être passé à l'acte. C'était « comme Dr Jekyll et Mr Hyde, il y a une partie de ma personnalité qui est détestable », confesse-t-il. Le verdict est attendu vendredi. Bordeaux · Faits divers · Gironde · justice À lire aussi Bordeaux : l'ancien magistrat jugé pour viol reconnaît les faits Bordeaux : un ancien magistrat comparaît pour viol de mineure Un ancien magistrat jugé par ses pairs pour viol Ancien magistrat jugé pour viol à Bordeaux : l'accusé détaille chaque scène Votre abonnement au journal Sud Ouest pour 22€65 /mois

Partager cet article

publié par Le journal de Myrthille de Bayonne - dans Pays Basque - Euskal Herria
commenter cet article

commentaires

horoscope 2012 09/04/2012


De passage ici, j'y vois du bon travail Très bon et beau site, bravo et bonne continuation. Un grand merci pour vous.

Profil

  • mon cahier de brouillon
  • Journaliste indépendante, webmaster, amoureuse parfois...
  • Journaliste indépendante, webmaster, amoureuse parfois...

le journal de Myrthille

Si vous désirez communiquer à Myrthille vos propres informations, envoyez moi un mail,

ou laissez un commentaire sur un des articles.

Merci de votre indulgence pour ce blog sans autre prétension qu'être à la fois un exutoire nécessaire dans une vie stressantes, et un premier brouillon pour des textes dont je pense, pour certains, me resservir un jour... 

devise